Coupe de France: cruel pour Quevilly, mais Lyon attendait ça depuis 4 ans

Dernière mise à jour :


Les joueurs de Lyon après leur victoire contre Quevilly en Coupe de France le 28 avril 2012 au Stade de France
Les joueurs de Lyon après leur victoire contre Quevilly en Coupe de France le 28 avril 2012 au Stade de France
Agrandir

Anthony Reveillère (à droite) et Alexandre Lacazette lors de la finale de la Coupe de France contre Quevilly le 28 avril 2012 au Stade de France.
Anthony Reveillère (à droite) et Alexandre Lacazette lors de la finale de la Coupe de France contre Quevilly le 28 avril 2012 au Stade de France.
Agrandir

Lyon a remporté samedi sa cinquième Coupe de France, son premier trophée depuis quatre ans, en mettant un terme en finale à l'incroyable parcours des amateurs de Quevilly (National), battus seulement 1-0 et qui les ont fait souffrir en seconde période.

Quevilly n'a donc pas pu faire mieux que Nîmes en 1996, Calais en 2000 et Amiens en 2001, les trois autres équipes de National (CFA pour Calais) à avoir atteint la finale, sans soulever la Coupe.

L'OL s'est mis en travers de sa route, dominant nettement la première période avant de connaître quelques frayeurs ensuite.

Un trophée, Lyon attendait cela depuis 2008 et le doublé Coupe-Championnat réussi par Alain Perrin. Cette Coupe de France valide le choix de Jean-Michel Aulas de faire confiance à Rémi Garde et permettra au président lyonnais de solder définitivement l'héritage Claude Puel, resté trois saisons sans ajouter de ligne au palmarès.

C'est aussi une bonne opération pour l'avenir: Lyon, actuellement 4e de L1 et en course pour une place qualificative pour la Ligue des champions, s'assure au moins grâce à cette victoire d'une participation à l'Europa League la saison prochaine.

La France du foot a toujours eu un petit faible pour les sans-grade et, sans surprise, Lyon a vraiment joué à l'extérieur samedi dans un Stade de France jaune Quevilly et acquis aux Normands.

"On est humain, le stade est capable de nous transcender. Peut-être aussi qu'il va nous anesthésier", avait lancé vendredi le capitaine quevillais Grégory Beaugrard.

Mais c'est finalement bien Lyon qui a été un peu trop fort, un peu trop précis techniquement, un peu trop rapide.

Bien décidés à "faire du Quevilly", comme l'avait annoncé leur entraîneur Régis Brouard, les joueurs de National étaient pourtant bien entrés dans la rencontre, réussissant dix premières minutes de qualité.

Mais un premier avertissement est arrivé à la 12e minute avec un tir sur le poteau de Lisandro.

Lacazette a ensuite eu une énorme occasion (24), son tir étant repoussé sur sa ligne par Weis et c'est très logiquement que Lyon ouvrait le score par Lisandro (29) à la conclusion d'un mouvement lancé par Gourcuff, titulaire pour le première fois depuis deux mois et demi, et relayé par Lacazette.

Mais même si Lacazette a encore trouvé la barre (49), Lyon a tardé à ramener définitivement à la raison des Quevillais qui, sans le moindre tir cadré à la 65e minute, ne rendaient pas les armes.

Ils y croyaient encore plus avec leur première action dangereuse, une excellente frappe du gauche de Laup, repoussée sur sa barre par Lloris (66).

L'OL a alors passé un quart d'heure compliqué et ses joueurs ont sans doute craint une nouvelle désillusion, eux qui avaient manqué dans les grandes largeurs leurs deux premiers grands rendez-vous de la saison, le 8e de finale de Ligue des Champions contre le très modeste Apoel Nicosie et la finale de la Coupe de la Ligue, abandonnée à des Marseillais moribonds.

Mais ils ont tenu, s'évitant le sort de l'OM et Rennes, victimes en quart et en demi-finale de ces incroyables Normands qui seront peut-être un jour récompensés de leur fidélité à la Vieille Dame: deux fois finalistes (1927 et 2012) et trois fois demi-finalistes (1942, 1968 et 2010).

Les Quevillais ne joueront pas le Trophée des Champions et probablement pas non plus l'Europa League (il faudrait que Lyon termine 3e en L1 et le président du club a fait part de ses doutes quant à la viabilité de l'aventure). Il leur reste un championnat de National à terminer, si possible un peu plus haut que son actuelle 13e place. Et l'année prochaine, la Coupe de France les attend.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter