Point de vue :Sommets européens : “Grand mess”

Dernière mise à jour :


En anglais, le mot “mess” signifie “désordre”, “gâchis”; à cet égard, on peut se demander si les réunions d’État européennes, qu’elles se tiennent à deux, à quatre, à dix, à dix-sept ou à vingt-sept, relèvent davantage de la grand-messe ou plutôt du “grand mess”.

Sans doute autant de l’une que de l’autre en fait: “grand-messes” par leur côté incantatoire, mais rarement suivies d’action, “grand mess” par l’impression de désordre, de rivalité et de désunion qu’inspirent ces réunions, surtout depuis que la crise financière a pointé le bout de son nez en Europe.

En pratique, l’intervention du nouveau président français, François Hollande lors du mini sommet entre la France, l'Espagne, l'Italie et l'Allememagne, le 22 juin dernier, aura permis d’introduire, malgré les divergences, un volet “croissance” à côté du volet rigueur prôné bec et ongles par Angela Merkel. Mais ce volet, malgré des convergences encourageantes, est resté timide (grands projets financés à hauteur de 1% du PIB de la Zone Euro) et toujours fondé sur l’emprunt et les dotations publiques.

À notre sens, deux autres pistes -plus efficaces-, seraient à privilégier: la création d’un fonds stratégique d’investissement européen, alimenté par la gigantesque épargne privée du continent européen, et l’utilisation de la planche à billets de la BCE pour subventionner entreprises et ménages, à hauteur de 5% du PIB de la Zone Euro, soit environ 500 milliards au total...

Joseph Leddet


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter