Edito :Un été chaud pour le PJD

Dernière mise à jour :


Avant-hier, Miloudi Moukharik, le secrétaire général de la puissante centrale syndicale UMT, a rejoint les positions de tous les indignés de la place. Primo, il demande un débat national sur la caisse de compensation. Deuxio, il rejette toute législation sur le droit de grève.

La nouvelle Constitution, elle,  impose au gouvernement de promulguer une loi sur la grève avant la fin de son mandat. Avec la forte opposition de toutes les centrales syndicales, il n'a plus que la solution de la sortir tout seul avec les deux syndicats UGTM et UNTM liés à l'Istiqlal et au PJD.

À Casablanca,  les taxis ont manifesté contre les augmentations du carburant. A Kénitra, plusieurs familles ont protesté devant la préfecture pour des questions d’attribution de logements et trois usines de la zone industrielle sont bloquées par un conflit social sans fin.

Toujours à  Casablanca, les cafés qui offraient des chichas (narguilés)  à leur clientèle sont  descendus dans la rue pour réclamer la restitution du matériel confisqué et leur droit d’offrir ce service.

Enfin, et comme si cette animation ne suffisait pas dans le pays, au Parlement, la présidente de la séance a dû mettre fin aux travaux du jour face aux slogans anti corruption ou anti “manque de transparence” lancés par plusieurs députés de l’opposition.

Et ce ne sont pas les chaleurs de l'été qui vont contribuer à calmer cette agitation. Seul le ramadan est capable de stopper les ardeurs des uns et des autres pour donner à ce gouvernement un peu de répit. En attendant le 20 juillet, attendez-vous à une montée en puissance des protestations tous azimuts.

Abdelhaq Sedrati


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter