Edito :Information ou désinformation ?

Dernière mise à jour :


Dimanche 22 avril dernier, Mustapha Khalfi et Abdelilah Benkirane ont été reçus par le Roi. Normalement, cette réunion s’est déroulée entre ces trois personnes et certainement des employés du protocole qui sont formés pour ne rien entendre, ne rien voir, et ne rien dire.

Pourtant dès le lendemain, nous avons vu fleurir des compte-rendus détaillés de cette réunion un peu partout dans la presse. Ou bien ces articles sont de simples supputations sur ce qui aurait bien pu se passer, et il aurait fallu les rédiger dans ce sens, ou bien les auteurs de ces articles sont en contact direct avec l’une des trois personnes concernées. Selon le contenu qui nous est livré, le Roi aurait tiré les oreilles de Benkirane et de son ministre. Avaient-ils alors un quelconque intérêt à le dire? C’est peu probable.

Les auteurs de ces articles seraient-ils en contact direct avec le chef de l’État?  C’est aussi difficilement imaginable. Et même si cela était le cas, il y aurait un sacré vice de forme à la Constitution, qui a consacré le droit à l’information comme valeur essentielle. L’information doit être mise à la disposition de tous les médias sur un même pied d’égalité.

La seule information qui nous est parvenue est que l’affaire des cahiers des charges n’a pas été à l’ordre du jour du conseil de gouvernement de jeudi dernier, et que le texte devrait aller au Secrétariat Général du Gouvernement qui prendra comme à son habitude, le temps de l’examiner et de le modifier. Le dernier cahier des charges avait été élaboré en 2009 et accepté par le Secrétariat Général du Gouvernement en août 2011. Cela n’a pas empêché le fonctionnement de nos chaînes publiques. Par ailleurs, comme les divergences ne sont pas insurmontables, très certainement quelques petits aménagements, comme le maintien du journal télévisé francophone à 20h45, vont permettre de ramener le calme dans ce dossier.

Abdelhaq Sedrati


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter