Tunisie: des journalistes manifestent contre des "pratiques rétrogrades"

Dernière mise à jour :


Plusieurs centaines de journalistes tunisiens ont manifesté lundi à Tunis pour dénoncer des "pratiques rétrogrades" et protester contre de récentes nominations par le gouvernement à la tête des principaux médias publics.

"Vous, les rétrogrades, enlevez vos mains de la presse!", "La presse est publique et elle n'est pas gouvernementale", "Non à la peur, non à la terreur, le pouvoir est au peuple", scandaient les manifestants devant la Kasbah, le siège du gouvernement à Tunis.

"Nous lançons un cri d'alarme après la multiplication des exactions et des agressions à l'encontre des journalistes et nous dénonçons aussi les récentes nominations anarchiques à la tête des médias, sans prendre l'avis des instances spécialisées", a déclaré Nejiba Hamrouni, la présidente du SNJT (Syndicat National des Journalistes Tunisiens).

Elle s'est dite "choquée de voir des symboles de la corruption de l'ancien régime qui avaient contribué à la répression des journalistes, couronnés aujourd'hui par le nouveau gouvernement".

Le Premier ministère a annoncé samedi plusieurs nominations à la tête des principaux médias publics mais aussi à des postes de rédacteurs en chef.

L'agence de presse tunisienne TAP sera dirigée par Mohamed Taieb Youssefi, journaliste à la TAP et ancien attaché de presse dans des gouvernements sous l'ancien régime.

Le réalisateur Sadok Bouabbene et la journaliste et animatrice Imène Bahroun ont été nommés respectivement à la tête de la première et de la deuxième chaîne de télévision.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter