Cités universitaires fermées ou réservées aux nouveaux étudiants :Le logement, une inquiétude au campus de Rabat

Dernière mise à jour :


La Cité universitaire Souissi 1 de Rabat est fermée, à la Cité universitaire internationale, les pensionnaires actuels sont logés provisoirement en attendant l'arrivée des nouveaux: le logement universitaire sera la première équation à résoudre pour les étudiants dans la capitale, à quelques jours de la rentrée académique 2012-2013.

Une photo non datée de manifestation d'étudiants à la cité universitaire Souissi 1 de Rabat./MAP
Une photo non datée de manifestation d'étudiants à la cité universitaire Souissi 1 de Rabat./MAP
Agrandir

Le nombre des places dans les cités universitaires sera augmenté à partir de la prochaine rentrée universitaire pour atteindre 50.000 lits contre 35.000 actuellement, avait indiqué le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, en juillet dernier.

Souissi 1 fermée sans avertissement préalable

A quelques jours de cette rentrée académique, Rabat ne semble pas être concerné par le quota annoncé par le ministre, bien au contraire.

La Cité universitaire Souissi 1 a été fermée sans avertissement préalable, si l'on en croit les témoignages recueillis. A la Cité universitaire internationale, les pensionnaires actuels, logés provisoirement, sont priés de plier bagages à la fin du mois de septembre au profit des nouveaux étudiants étrangers.

Selon Salaheddine Harit, étudiant à l'Ecole des sciences de l'information (ESI) à Rabat, les étudiants logeant à Souissi 1 n'ont pas été mis au courant de la fermeture de la cité universitaire.

“Je suis arrivé à Rabat pour compléter mon inscription à la cité universitaire Souissi 1 et j’ai été surpris de voir que la cité a fermé ses portes. Ils ne nous ont même pas informés à la fin de la précédente année universitaire pour qu'on ait le temps de chercher un logement ailleurs”.

Salaheddine Harit, étudiant à l'ESI.

Actuellement, il dit chercher une autre cité universitaire et à défaut il chercherait un logement, ce qui risque d'être une “galère” pour lui. “La location à Rabat pour un étudiant financièrement dépendant de ses parents reste très chère”, explique-t-il.

A quand les deux nouveaux pavillons?

Pour Ayoub Sabir, étudiant à l’Ecole nationale d’architecture (ENA) et postulant au logement à Souissi 1, cette fermeture de la cité a douché ses espoirs. Originaire d'El Jadida, Ayoub espérait pourtant avoir une chambre cette année comptant sur les deux nouveaux pavillons en construction depuis l'an passé.

“L'année dernière, on nous avait promis que la construction de deux nouveaux pavillons s’achèverait au plus tard en début de l’année 2012 alors qu'ils sont toujours en chantier”, se désole-t-il. Ayoub Sabir devra donc reprendre son parcours du combattant: faire le trajet Rabat-Salé deux fois par jour.

Nous avons pour notre part essayé de joindre la direction de l'Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles pour des explications sur la fermeture de la Cité Souissi 1 mais en vain.

Inquiétude à la Cité universitaire internationale de Rabat

A la Cité universitaire internationale (CUI) de Rabat, l’inquiétude est toute autre. Les étudiants étrangers qui y occupent les 530 lits disponibles ne sont pas encore édifiés. La direction de la cité a envoyé récemment une note aux différentes ambassades leur signifiant sans autre précision, que cette année en principe, il n'y a pas de logements pour les anciens, la priorité étant donnée aux nouveaux étudiants.

Une annonce qui en inquiète plus d'un, car elle a été faite tardivement, comme en témoigne Nabou, une étudiante sénégalaise. “Deux jours avant qu'on ne quitte la Cité Moulay Ismaël où on était logés pendant les vacances, la direction de la Cité universitaire internationale nous a annoncé qu'on n'avait plus qu'un logement provisoire et que les chambres sont réservées prioritairement aux nouveaux”. Elle regrette que la décision n'ait pas été prise au cours de l'année académique précédente, ce qui aurait permis aux étudiants de prendre des mesures en connaissance de cause.

Qu'en sera-t-il après le 30 septembre, date à laquelle prend fin le bail signé avec la CUI? Nabou tout comme Oro, un étudiant béninois qui y loge depuis 6 ans, n'en savent rien. Une chose est sûre, la bourse de 1.500 Dh que reçoivent les étudiants étrangers au niveau de l'Agence marocaine de la coopération nationale ne suffira pas pour payer un loyer.

Pour l'heure, à Souissi 1 comme à la CUI, aucune alternative n'est encore proposée aux étudiants.

Kisito Ndour et Yassine Benargane


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter