"Antena 3 s'est servie de mauvaise foi d'une information totalement incorrecte pour soutenir une cause politique" (avocat)

Dernière mise à jour :


La Justice belge a conclu dans le procès intenté par une famille marocaine à "Antena 3" que la chaîne de télévision espagnole a "agi de mauvaise foi totale et s'est servie d'une information non vérifiée et totalement incorrecte pour soutenir une cause politique", a affirmé l'avocat des familles des victimes, Pierre Legros.

M. Legros a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse qu'il a organisée, mercredi à Bruxelles, pour tenir informée l'opinion publique des suites données à l'action judiciaire introduite en Belgique par la famille Rachidi à l'encontre de la chaîne de télévision espagnole "Antena 3".

Il a rappelé à ce propos que "Antena 3" a été condamnée, le 12 juin dernier, par le tribunal de première instance de Bruxelles à verser 215.000 euros à la famille Rachidi en réparation aux préjudices moral et matériel qu'elle lui avait causés en se servant d'une photo d'un incident tragique l'ayant affecté en vue de faire accroire de fausses vérités sur l'intervention des forces de l'ordre marocaines pour démanteler le campement de Gdim Yzik près de Laâyoune.

Le 12 novembre 2010, "Antena 3" avait, en effet, diffusé une photo montrant les corps de quatre membres de la famille Rachidi assassinés en janvier 2010 à Casablanca, la présentant comme étant celle d'une famille sahraouie tuée par les forces de l'ordre lors du démantèlement du campement de Gdim Yzik.

Par ce verdit, la justice belge vient de confirmer que les événements relatés dans le reportage d'"Antena 3" n'avaient aucun lien avec la photo en question qui provenait d'un dramatique fait divers ayant particulièrement affecté la famille Rachidi dix mois plus tôt, a soutenu Me Legros.

Le président-fondateur d'"Avocats sans frontières" a en outre souligné que la publication, presque un an après de cette photo qui n'a aucun lien avec le sujet du reportage d'"Antena 3", ne peut être assimilée à une simple erreur mais constitue "un crime journalistique" car la chaîne a voulu sciemment induire en erreur l'opinion publique au sujet des évènements de Gdim Yzik dans un but politique.

Le tribunal de première instance de Bruxelles reconnait également par ce verdict les dommages profonds causés par "Antena 3" à la famille Rachidi dont des enfants qui ont dû avoir un suivi psychologique, a-t-il dit.

L'ancien bâtonnier de l'Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles a, en outre, indiqué que ce jugement fera certainement date dans les annales de la presse dans la mesure où il rappelle les grands principes de déontologie qui doivent être observés par les journalistes.

Il a également fait part de son intention de donner à cette décision de justice une publicité européenne et dans toutes les associations professionnelles des journalistes pour rappeler à ses membres de faire particulièrement attention et de vérifier l'information avec des critères d'objectivité absolue avant publication.

MAP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter