Dépénalisation des relations sexuelles hors mariage et de l'avortement :Le niet de Ramid

Dernière mise à jour :


Devant la Chambre des représentants, Mustapha Ramid a rejeté sans détours la dépénalisation des relations sexuelles consentantes hors mariage qu'il a qualifiées de "débauche". Le ministre s'est voulu moins catégorique sur la question de l'avortement dont il écarte la dépénalisation "de manière absolue".

La dépénalisation des relations sexuelles consentantes hors mariage est un “dévoiement contraire aux règles de l'ordre public”, a affirmé, lundi, le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid qui répondait à une question orale du groupe socialiste à la Chambre des représentants, sur “le sort de la commission mixte entre le ministère et la coalition printemps de la dignité”.

“Nous n'acceptons pas la dépénalisation des relations sexuelles consentantes hors mariage, pour les personnes majeures, du fait qu'il s'agit de débauche qui attente aux principes de l'ordre public marocain, dont la religion constitue l'un des fondements.”

Mustapha Ramid

Le ministre a souligné, d'autre part, que son département n'approuve pas, non plus la dépénalisation de l'avortement médical de manière absolue, ajoutant que cette question exige des clarifications et des spécifications précises.

Pour l'élargissement du concept de harcèlement sexuel

Il a ajouté que le ministère accepte, en revanche, d'élargir le concept de harcèlement sexuel, pour incriminer quiconque y recourt, qu'il soit investi d'une autorité ou non.

Concernant l'élaboration d'une vision globale sur une loi relative à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, devant garantir protection, prévention et reddition des comptes à la justice, M. Ramid a affirmé que le Code pénal actuel ainsi que les amendements proposés au projet de Code pénal en préparation “garantissent la protection suffisante à l'ensemble des citoyens, hommes et femmes”.

Il a relevé que le ministère reste ouvert aux résultats du Dialogue national sur la réforme de la justice, en relation avec ce sujet.

“La coalition du printemps de la dignité”, fondée en février 2010, comprend environ 22 associations féminines et de droits de l'Homme, avec pour objectif d'adhérer à un mouvement appelant à une refonte globale et radicale de la législation pénale, en ce qui garantit la protection des femmes contre la discrimination et la violence.

aufait


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter