Le procès du rappeur Mouad Belghawat reporté au 25 avril

Dernière mise à jour :


Le procès du rappeur contestataire marocain, Mouad Belghawat, poursuivi pour "outrage" à la police, a été reporté au 25 avril, a indiqué lundi une source judiciaire.

"Le procès a été reporté au 25 avril parce que le comité de défense du chanteur est en train de s'élargir de plusieurs autres avocats", a déclaré Me Omar Bendjelloun, l'un des avocats du rappeur.

Il est accusé "d'outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué" sur la base d'une vidéo diffusée sur le réseau social Youtube, où apparaissent des policiers marocains sur fond d'une chanson du jeune rappeur.

L'audience de lundi a été marquée par la présence, pour la première fois, d'une observatrice du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, nommé par le roi), "ce qui est plutôt un signe positif", note l'avocat du rappeur.

Mouad Belghawat est l'un des chanteurs les plus célèbres du Mouvement du 20 février.

Selon Me Bendjelloun, le procureur du roi a interdit l'accès des militants du 20 février à la salle d'audience.

Mouad Belghawat, 24 ans, connu pour ses chansons critiques vis-à-vis de la monarchie, a été arrêté le 28 mars par trois policiers en civil et présenté le lendemain devant un tribunal de Casablanca, la capitale économique du royaume, qui a décidé de le poursuivre le même jour.

Surnommé "Al-Haqed" (le "rancunier"), le jeune rappeur avait déclaré devant le juge, lors de l'audience du 8 avril, qu'il n'avait pas diffusé cette vidéo et que sur Youtube, "n'importe qui peut diffuser n'importe quoi".

"Vive le peuple", ont scandé après l'audience plusieurs militants du Mouvement du 20 février, qui se sont regroupés non loin du tribunal.

En janvier 2012, Mouad Belghawat a été condamné à quatre mois de prison ferme pour coups et blessures, lors d'une querelle de voisinage.

Très écoutées sur les réseaux sociaux, les chansons d'Al-Haqed sont critiques à l'égard de la monarchie et abordent des thèmes liées aux injustices et aux inégalités sociales. Une de ses plus connues critique ouvertement le roi Mohammed VI et dénonce sa fortune.

Né dans un quartier populaire à Casablanca, Mouad Al-Haqed était magasinier dans une grande surface.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter