La Fondation Robert-Kennedy auprès des réfugiés sahraouis de Tindouf

Dernière mise à jour :


La délégation de la Fondation Robert-Kennedy, chargée de la rédaction d'un rapport sur le Sahara, a rencontré mercredi des réfugiés sahraouis dans deux camps de Tindouf, à la frontière avec le Maroc, selon des sources concordantes.

La présidente, Kerry Kennedy, a rencontré des représentantes de l'Union nationale des femmes sahraouies dans le camp de Boudjdour et rendu hommage à leur "détermination", selon l'agence APS.

La délégation s'est également rendue dans le camp de Smara, le plus important avec 40.000 réfugiés vivant dans des conditions très difficiles.

Elle a eu des entretiens avec des militants des droits de l'Homme, des familles de disparus et aussi des responsables de la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum) notamment chargée depuis 1991 d'une mission de maintien de la paix.

Mme Kennedy devait gagner Alger au terme d'une visite de 24 heures dans cette région désertique où la température atteignait mercredi les 55 degrés à l'ombre, selon des journalistes sur place.

La délégation de la Fondation Robert-Kennedy s'était auparavant rendue au Maroc et dans les provinces du Sud pour la rédaction de ce rapport sur la situation des droits de l'Homme pour les Sahraouis.

Cette visite a lieu dans un contexte particulièrement sensible: le Maroc a retiré en mai sa confiance à Christopher Ross, l'envoyé spécial de l'ONU, jugeant ses positions "partiales".

Dans un entretien publié mercredi dans la presse, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, M. Saad Eddine El Otmani, a exprimé "l'espoir que la visite effectuée par les membres de la fondation RFK au Maroc et dans les camps Lahmada à Tindouf leur permettra de se rendre compte des exactions subies par les populations de ces camps", indiquant que la majorité de la population du Sahara est attachée à sa marocanité.

aufait / agences


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter