Russie/Syrie :Poutine ferme sur ses positions

Dernière mise à jour :


Le président de Russie, Vladimir Poutine, a balayé les appels lancés à son pays pour qu'il change de position sur la Syrie, dans un entretien diffusé jeudi sur la chaîne publique russe en anglais “Russia Today”.

Portrait du président russe Vladimir Poutine pris le 3 septembre 2012 près de Moscou
Portrait du président russe Vladimir Poutine pris le 3 septembre 2012 près de Moscou
Agrandir

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov rencontre le président syrien Bachar al-Assad le 7 février 2012 à Damas
Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov rencontre le président syrien Bachar al-Assad le 7 février 2012 à Damas
Agrandir
Portrait de Julian Assange pris le 2 juillet 2011 à Londres
Portrait de Julian Assange pris le 2 juillet 2011 à Londres
Agrandir
Les membre du groupe Pussy Riot lors de leur procès à Moscou, le 17 août 2012
Les membre du groupe Pussy Riot lors de leur procès à Moscou, le 17 août 2012
Agrandir

“Pourquoi la Russie seule devrait-elle réexaminer sa position? Peut-être que nos partenaires dans le processus de négociation devraient eux aussi changer leur position?”, a objecté le président russe lors de l'interview.

“Les événements des dernières années montrent que toutes les initiatives de nos partenaires ne se sont pas terminées comme ils l'avaient souhaité”, a-t-il observé.

“Les Etats-Unis (puis leurs alliés) sont entrés en Afghanistan. Maintenant tous ne pensent qu'à une seule chose: comment en partir. Et que se passe-t-il dans les pays arabes, en Egypte, en Libye, en Tunisie, au Yémen? L'ordre et le bien-être y règnent-ils? Et quelle est la situation en Irak?”

Vladimir Poutine.

Évaluant la politique occidentale de soutien à l'opposition syrienne contre le régime de Damas, allié traditionnel de Moscou, le président russe a ajouté, “alors il faut ouvrir les portes de Guantanamo, et envoyer tous les prisonniers de Guantanamo en Syrie, qu'ils se battent, c'est exactement la même chose”, en allusion aux prisonniers soupçonnés de terrorisme enfermés dans le camp américain à Cuba.

“Certains veulent utiliser les combattants d'al-Qaïda ou d'autres organisations également extrémistes pour parvenir à leurs objectifs en Syrie.”

M. Poutine.

Rappelons que la Russie a jusqu'à présent bloqué toute résolution prévoyant des sanctions ou le recours à la force contre le régime de Damas au Conseil de sécurité de l'ONU.

aufait avec AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter