Colombie: la guérilla des Farc va proposer un cessez-le-feu au gouvernement

Dernière mise à jour :


Le commandant Mauricio Jaramillo, l'un des représentants des Farc dans les négociations, lors d'une conférence de presse à La Havane, à Cuba, le 6 septembre 2012
Le commandant Mauricio Jaramillo, l'un des représentants des Farc dans les négociations, lors d'une conférence de presse à La Havane, à Cuba, le 6 septembre 2012
Agrandir

Le président du Venezuela Hugo Chavez, soutien au processus de paix en Colombie, le 5 septembre 2012 à Caracas
Le président du Venezuela Hugo Chavez, soutien au processus de paix en Colombie, le 5 septembre 2012 à Caracas
Agrandir

La guérilla colombienne des Farc a annoncé jeudi à La Havane qu'elle allait proposer un cessez-le-feu bilatéral au gouvernement de Bogota dès l'ouverture de leurs négociations de paix en octobre en Norvège.

"Le cessez-le-feu, nous allons le proposer dès que nous serons assis à la table" des négociations, a assuré lors d'une conférence de presse le chef de la délégation des Farc aux négociations exploratoires, le commandant Mauricio Jaramillo.

"Nous allons le proposer, nous allons nous battre pour cela, nous allons le discuter là-bas à la table des négociations, ce cessez-le-feu bilatéral", a assuré le chef de la délégation de la guérilla.

En réponse à une question sur la création éventuelle d'une zone démilitarisée en Colombie, un autre dirigeant des Farc, Ernest Aguilar, a toutefois indiqué que ce sujet n'avait "pas été abordé lors des discussions exploratoires".

Les négociations en Norvège devraient commencer le 8 octobre à Oslo, a déclaré le commandant Jaramillo. Les autorités colombiennes n'ont pas confirmé cette date.

Après une session d'une quinzaine de jours en Norvège, les discussions entre les délégations du gouvernement colombien et des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) devraient se poursuivre à Cuba.

Le commandant Jaramillo a également demandé l'inclusion dans la délégation des Farc de Simon Trinidad, un haut dirigeant des Farc actuellement emprisonné aux Etats-Unis.

Simon Trinidad, de son vrai nom Ricardo Palmera, 62 ans, a été arrêté en novembre 2004 à Quito, en Equateur, renvoyé en Colombie puis extradé aux Etats-Unis où il a été condamné à 60 ans de prison pour l'enlèvement de trois Américains.

Mauricio Jaramillo a indiqué que la délégation des Farc comprendrait notamment Ivan Marquez, membre du secrétariat des Farc, et José Santriz, de l'état-major de l'organisation. D'autres membres seront désignés ultérieurement, a-t-il indiqué.

Après avoir annoncé officiellement mardi le lancement des négociations, le président colombien Juan Manuel Santos a présenté mercredi une équipe de négociateurs de haut niveau, composée de cinq personnes et dirigée par l'ex-vice-président Humberto De la Calle.

La délégation du gouvernement colombien compte l'ex-directeur de la police nationale Oscar Naranjo, l'ex-commandant des forces militaires Jorge Enrique Mora Rangel, l'actuel conseiller présidentiel pour la sécurité Sergio Jaramillo, l'ex-ministre de l'Environnement Frank Pearl et le président de l'association nationale des industriels Luis Carlos Villegas.

Lors de sa conférence de presse à La Havane, à laquelle assistaient les ambassadeurs de Norvège, du Venezuela et du Chili, pays associés aux négociations, le commandant Jaramillo a également souligné que "l'enlèvement ne fait plus partie de la pratique des Farc" et démenti que les Farc soient impliquées dans le trafic de drogue.

"Il n'y a aucun otage aux mains des Farc. Nous l'avons déjà dit : il n'y aura pas d'enlèvement et il n'y a pas d'otage", a affirmé Mauricio Jaramillo.

Dans une vidéo présentée durant la conférence de presse, le chef des Farc, Rodrigo Londoño, alias "Timochenko", a souligné que le gouvernement de Bogota devait "protéger les droits et les garanties à l'exercice de l'opposition politique en général, et en particulier pour les nouveaux mouvements qui apparaîtront après la signature d'un accord final".

Les négociations qui s'ouvrent en octobre constituent la quatrième tentative de négociations en 30 ans avec les Farc, principale guérilla de Colombie avec quelque 9.200 combattants, selon les autorités.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter