Fusillade près de l'Empire State Building à New York: deux morts, neuf blessés

Dernière mise à jour :


Des policiers emmènent le corps du tireur, le 24 août 2012 à New York
Des policiers emmènent le corps du tireur, le 24 août 2012 à New York
Agrandir

Carte de localisation du lieu de la fusillade devant l'Empire State Building
Carte de localisation du lieu de la fusillade devant l'Empire State Building
Agrandir
Vue de l'Empire State Building après la fusillade, le 24 août 2012 à New York
Vue de l'Empire State Building après la fusillade, le 24 août 2012 à New York
Agrandir
Le maire de New York, Michael Bloomberg (c) et le chef de la police new yorkaise Ray Kelly (d) tiennent une conférence de presse dans la rue, à New York le 24 août 2012
Le maire de New York, Michael Bloomberg (c) et le chef de la police new yorkaise Ray Kelly (d) tiennent une conférence de presse dans la rue, à New York le 24 août 2012
Agrandir

Une fusillade provoquée par un "employé mécontent" a fait vendredi deux morts et neuf blessés à New York près de l'Empire State Building, l'un des monuments les plus touristiques de la ville.

Le maire de New York Michael Bloomberg, en annonçant ce bilan, a parlé d'une "terrible tragédie", et expliqué lors d'une conférence de presse avec le chef de la police Ray Kelly, que l'auteur du drame avait été récemment "renvoyé de son travail".

Cet "employé mécontent (...) a tiré à trois reprises sur un ancien collègue, et l'a tué", a précisé Ray Kelly, ajoutant que la victime avait été visée en pleine tête.

Jeffrey Johnson, 53 ans, a ensuite été pris en chasse par la police, qui l'a tué lors d'un échange de coups de feu, après qu'il eut sorti une arme semi-automatique de son sac, selon le commissaire.

Sa victime, dont l'identité n'a pas été révélée, est âgée de 41 ans, ont-ils précisé.

Certaines des personnes blessées l'ont peut-être été "accidentellement par la police" lors des échanges de coups de feu, a indiqué le maire, regrettant, comme il le fait régulièrement, "l'affreux nombre d'armes" en circulation.

Hélicoptères

Un porte-parole du FBI, J. Peter Donald, avait auparavant précisé que rien ne permettait d'accréditer l'idée d'un acte terroriste.

L'Empire State Building est l'une des attractions touristiques les plus visitées de New York, et des milliers de personnes se pressent chaque jour dans ce secteur du quartier de Midtown.

A l'entrée du gratte-ciel, patientent généralement de longues files de touristes attendant de pouvoir aller admirer la vue au sommet.

Une ambulance, plusieurs véhicules de police et des dizaines de policiers se trouvaient toujours sur place à la mi-journée, sur la cinquième avenue, à la hauteur de la 33e et 34e rues.

De très nombreux touristes regardaient la scène.

"Je n'arrive pas à croire que quelque chose comme ça puisse se passer ici, devant l'Empire State Building" en plein centre de Manhattan, a déclaré à l'AFP un touriste vénézuélien de 30 ans, Thernan Losada, visitant New York avec sa fiancée.

Des hélicoptères survolaient le secteur.

"Le sol était plein de sang"

La fusillade, peu après 09H00 (13H00 GMT), à l'heure où des milliers de New-Yorkais se rendent au travail, a provoqué la panique dans le quartier.

"J'ai eu peur, je tremblais. J'ai eu de la chance", a raconté sur place à l'AFP une témoin de la scène Rebecca Fox.

"J'ai vu une femme couverte de sang. Une autre femme a été évacuée par ambulance".

"L'homme qui a tiré était étendu sur le sol", a-t-elle ajouté, en ajoutant que le sol était plein de sang.

Les chaînes de télévision ont montré un corps recouvert d'un drap blanc, qui a été ensuite emporté.

Le président Barack Obama a été mis "au courant de la situation peu après 09H30 (13H30 GMT) par son conseiller en sécurité intérieure, John Brennan", a indiqué la Maison Blanche.

En 1997, l'Empire State Building avait déjà été le théâtre d'un drame, quand six personnes avaient été blessées et une autre tuée par un homme sur la plateforme d'observation du gratte-ciel. L'homme avait ensuite retourné l'arme contre lui.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter