Réuni au Mexique :Le G20 espère ramener la confiance dans l'économie

Dernière mise à jour :


Les principaux dirigeants de la planète se retrouvent les 18 et 19 juin au Mexique, avec pour objectifs de calmer la crise de la dette européenne et renforcer les moyens d'intervention du FMI.

Rassérénés par les résultats des élections en Grèce, les dirigeants du G20, Européens en tête, espèrent être en mesure de ramener un peu de confiance dans l'économie mondiale, depuis Los Cabos au nord-ouest du Mexique, où a débuté lundi un sommet de ce club de pays riches et émergents.

La victoire de la droite en Grèce, qui devrait être en mesure de former un gouvernement de coalition favorable pro-euro, a été accueillie avec soulagement en Europe, mais également par le Fonds monétaire international (FMI), très engagé en Grèce, avec un programme qui représente un quart de ses crédits.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, qui a réclamé une augmentation de ses ressources, espère d'ailleurs engranger de nouveaux engagements fermes à Los Cabos, le G20 ayant promis en avril de contribuer à augmenter les ressources financières du FMI de plus de 430 milliards de dollars.

Les pays émergents formant le groupe des BRICS (Afrique du Sud, Inde, Chine, Russie et Brésil), ont longtemps rechigné à mettre la main au portefeuille, arguant de la nécessité pour les Européens de montrer l'exemple et de résoudre avec leurs propres moyens une crise de la dette qui les mine depuis décembre 2009.

Leur impatience s'est encore manifestée avant le début officiel du G20, devant le manque d'empressement des Européens à utiliser les moyens considérables à leur disposition pour calmer les marchés.

aufait avec AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter