Etats-Unis: des sénateurs en colère veulent frapper le Pakistan au porte-monnaie

Dernière mise à jour :


Des sénateurs américains, furieux de la mauvaise volonté supposée d'Islamabad face au conflit afghan, ont décidé jeudi de frapper le Pakistan au porte-monnaie en approuvant une forte diminution de l'aide militaire américaine.

"Nous avons besoin du Pakistan. Le Pakistan a besoin de nous. Mais nous n'avons que faire d'un Pakistan qui joue double-jeu", a dit le sénateur républicain Lindsey Graham devant la commission chargée de répartir les fonds de l'aide américaine à l'étranger.

Le Pakistan est la troisième destination de l'aide extérieure américaine après Israël et l'Afghanistan, mais les Etats-Unis soupçonnent les services secrets pakistanais d'avoir été depuis longtemps au courant de la planque d'Oussama ben Laden et de soutenir en sous-main le réseau islamiste Haqqani, un des principaux mouvements rebelles en Afghanistan.

La condamnation mercredi au Pakistan à 33 ans de prison du docteur Shakeel Afridi pour avoir aidé la CIA à débusquer Oussama ben Laden --tué en mai 2011 par un commando américain dans le nord du Pakistan-- est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase au Sénat.

Le sénateur Graham, très engagé sur les questions diplomatiques et militaires, a proposé jeudi un amendement pour diminuer de 33 millions de dollars l'aide au Pakistan, soit un million par année de détention du docteur Afridi.

Ses collègues des deux partis ont approuvé la mesure comme un seul homme au sein de la commission par un vote de 30 voix pour et zéro contre.

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein, présidente de la commission du Renseignement, a estimé que M. Afridi "n'est pas un espion". "Si c'est comme ça que le Pakistan traite un ami et un héros, je ne suis pas sûre de l'attribution de ces fonds", a-t-elle lancé.

Outre ce vote symbolique, les sénateurs ont approuvé une diminution de 58% de l'aide au Pakistan, par rapport à ce que demandait le président Barack Obama. Le texte réduit aussi l'aide à l'Afghanistan de 28% et celle à destination de l'Irak de 77%.

- Fiasco à l'Otan -

Au total, les sénateurs ont approuvé 184 millions de dollars pour les activités du département d'Etat au Pakistan et 800,3 millions d'aide à Islamabad, mais le président Obama demandait une enveloppe de 2,2 milliards.

Les coupes envisagées par les élus visent l'aide militaire uniquement et non l'aide économique, qui reste intacte à 475 millions. Seuls 50 millions sont attribués à la lutte contre les talibans.

Ces mesures, qui doivent encore être examinées par le Sénat dans son ensemble puis à la Chambre des représentants, avaient déjà été validées mardi par une sous-commission.

L'action des élus intervient quelque jours après un nouveau rendez-vous raté entre les Etats-Unis et le Pakistan. Le sommet de l'OTAN dimanche et lundi dernier à Chicago, qui était censé symboliser un dégel entre les deux alliés aux relations compliquées, s'est traduit par un nouveau fiasco.

Le président pakistanais Asif Ali Zardari a été invité à la dernière minute en vue de finaliser un accord pour la réouverture des axes de ravitaillement vers l'Afghanistan, vitaux pour les opérations alliées en Afghanistan.

Mais aucun accord n'a été trouvé. Selon des responsables américains, les exigences financières des Pakistanais pour l'utilisation de ces routes a fait échouer les négociations.

Le Pakistan avait fermé les routes d'approvisionnement à la frontière avec l'Afghanistan après la mort de 24 de ses soldats tués dans des bombardements américains.

Or jeudi, la commission a conditionné l'obtention par le Pakistan des 50 millions de dollars d'aide à la lutte contre les talibans à la réouverture des routes.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter