L'ONU élargit la liste des sanctions contre la Corée du Nord

Dernière mise à jour :


Le Conseil de sécurité de l'ONU a pris des sanctions mercredi contre trois nouvelles sociétés et entités nord-coréennes "très importantes", à la suite du tir d'une fusée nord-coréenne le 13 avril, ont indiqué mercredi les Etats-Unis.

Trois entités nord-coréennes, dont une banque et une société de négoce, ont été ajoutées mercredi à la liste à la suite d'un accord avec la Chine, principal allié de Pyongyang.

"Nous voyons cela comme une série de sanctions forte et crédible", a déclaré Susan Rice, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU après l'annonce de l'accord.

"Ces nouvelles sanctions comportent (...) le gel d'avoirs de trois entités nord-coréennes très importantes qui sont fortement impliquées dans leurs programmes nucléaire et balistique illicites", a-t-elle ajouté.

Selon la liste publiée par l'ONU, il s'agit de la Amroggang Development Banking Corporation, impliquée par ses liens avec un autre banque, Tanchon, dans la vente de missiles balistiques, de la Greenpine Associated Corporation, par où passe "la moitié environ des ventes d'armes de la Corée du Nord", et de la Korea Heungjin Trading Company, soupçonnée d'avoir fournir des technologies balistiques à l'Iran.

Ces trois sociétés ont leur siège à Pyongyang. La banque Amroggang est déjà frappée par des sanctions européennes et américaines.

Les Etats-Unis, l'Union européenne, le Japon et la Corée du Sud avaient proposé une quarantaine d'ajouts à la liste, concernant des sociétés ou des instituts nord-coréens travaillant dans les domaines nucléaire et balistique mais Pékin n'en a accepté que trois.

A la suite du vote d'une résolution le 17 avril au Conseil de sécurité condamnant le tir de la fusée et prévoyant un renforcement des sanctions, le Conseil avait demandé au Comité des sanctions de compléter et de préciser la liste avant mardi à minuit, heure de New York (04H00 GMT mercredi).

La Chine rechignait à donner son feu vert à la nouvelle liste mais un accord de dernière minute a été trouvé avec Pékin.

Après ses essais nucléaires de 2006 et 2009, le Corée du Nord est sous le coup de sanctions internationales qui lui interdisent notamment toute activité nucléaire ou balistique. Pyongyang a affirmé que sa fusée, qui a explosé en vol, devait mettre en orbite un satellite civil mais les Occidentaux la considèrent comme un engin balistique.

La Corée du Nord est aussi soupçonnée de vouloir faire suivre ce lancement de fusée d'un essai nucléaire, comme elle l'a déjà fait en 2006 et 2009. Les Occidentaux ont menacé dans ce cas de voter de nouvelles sanctions. La Chine, qui dispose d'un droit de veto au Conseil, n'a pas précisé quelle serait sa réaction.

Selon un expert nucléaire cité par la presse sud-coréenne, la Corée du Nord a achevé les préparations pour un troisième essai nucléaire et n'attend plus que le feu vert du pouvoir en place pour lancer les opérations.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter