France: Sarkozy dit que Tariq Ramadan soutient Hollande, les deux démentent

Dernière mise à jour :


Nicolas Sarkozy a affirmé, dans le cadre de la campagne pour la présidentielle française, que l'intellectuel musulman controversé Tariq Ramadan soutenait son adversaire socialiste Français Hollande, une information démentie jeudi par les deux hommes.

Mercredi soir sur la chaîne TF1, Nicolas Sarkozy a déclaré à propos de Tariq Ramadan: "Voilà un homme qui appelle à voter pour François Hollande. Je n'ai pas entendu François Hollande dire que cela le gênait".

Jeudi matin sur la radio France Inter, le chef de l'Etat sortant a répété ses accusations, assurant que Tariq Ramadan avait appelé à voter Hollande "ou un parti qui serve l'islam", le 11 mars 2012 à Lyon.

De nationalité suisse, Tariq Ramadan est le petit-fils de Hassan al Banna qui a fondé en 1928 les Frères musulmans en Egypte, cette confrérie qui prône la fusion du religieux et du politique.

Nicolas Sarkozy "a cité Tariq Ramadan comme ayant appelé à voter pour moi ce qui est faux (...) Amalgames, mensonges... Comment l'admettre ?", a répliqué le candidat socialiste sur la radio France Info.

"Il n'a jamais cité mon nom, ce Tariq Ramadan, qui ne vote même pas en France, et je n'ai pas à me justifier quand un individu peut dire qu'il n'aime pas le pouvoir sortant", a-t-il encore dit.

L'intellectuel a lui aussi démenti auprès de l'AFP.

"Jamais de ma vie, je n'ai appelé à voter François Hollande. Je ne suis pas Français, je n'ai pas donné de consigne de vote. J'ai dit qu'il ne devait pas y avoir de consigne de vote musulman, que cela ne voulait rien dire. J'ai simplement appelé les citoyens français, de confesssion musulmane ou autre, à voter en conscience et à faire le bilan de la politique de Nicolas Sarkozy, qui est très mauvais", a-t-il déclaré.

Le candidat socialiste a également démenti l'existence d'un "appel de 700 mosquées" à voter pour lui, dont ont fait état des députés du parti présidentiel UMP, relayés la veille par Nicolas Sarkozy, malgré un démenti formel du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Le score historique de la candidate de l'extrême droite à l'élection présidentielle Marine Le Pen (17,9%), au premier tour dimanche dernier, a poussé Nicolas Sarkozy à mettre la barre très à droite dans son positionnement politique dans la perspective du second tour.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter