Afghanistan: manifestation à Kaboul contre le meurtre de cinq femmes afghanes

Dernière mise à jour :


Une petite trentaine de personnes, pour la moitié des femmes, portant des pancartes demandant "Où est la justice ?" ou "Appliquez la loi", ont manifesté samedi à Kaboul après la mort de cinq femmes en Afghanistan ces derniers temps.

"Nous protestons au nom de ces femmes afghanes dont les voix ne sont pas entendues. Nous voulons nous faire entendre après leur meurtre", a indiqué Fatima Saidi, 17 ans, à l'AFP. "Même notre gouvernement ne nous aide pas à réduire les violences faites aux femmes", a-t-elle ajouté.

"Pourquoi ces violences continuent-elles en Afghanistan ? Les femmes sont aussi libres. Elles ont le droit de vivre, de travailler, d'étudier, comme les hommes. Donc pourquoi devraient-elles être tuées ?", s'est indignée Sadaf Fitrat.

Depuis mars, trois femmes ont été tuées dans la province d'Herat (ouest), dont une décapitée par son mari, une autre a été assassinée par son époux à Khost (nord) et une autre a été pendue selon la décision d'un tribunal tribal en Paktia (sud-est).

Plus de 50 policiers étaient présents pour protéger les manifestants, suivis par au moins autant de journalistes, rendant la marche encore moins massive qu'elle ne l'était.

Ferdous Samim, membre mâle de l'association Jeunes femmes pour le changement (YMC), qui a organisé l'évênement, ne s'est pas montré déçu de la faible participation car le défilé "n'a pas été annoncé pour des raisons de sécurité".

Certains invités "ne sont pas venus car ils ne voulaient pas apparaître dans la presse" tandis que d'autres ont "connu des problèmes avec leur famille" au sujet de la marche, ce qui les a empêchés d'y venir, a-t-il également observé.

"Les gens nous accusent d'être occidentalisés. C'est pour cela qu'il est difficile de venir à la manif'. Mais notre idée était qu'elle se tienne, quel que soit le nombre de participants", a-t-il remarqué.

Dix ans après la chute des talibans, qui leur ont interdit le travail, l'éducation ou tout simplement de sortir de chez elles non accompagnées, des femmes afghanes se battent pour la reconnaissance de leurs droits. Ceux-ci sont particulièrement maigres dans les campagnes, régies par la tradition.

Ces femmes sont très inquiètes du fait que leur cause soit instrumentalisée à leur détriment par Kaboul dans le cadre des négociations de paix avec les talibans et les autres groupes insurgés, pour mettre fin à dix ans de conflit.

AFP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter