L'Algérie "sur le fil du rasoir, prête à basculer dans la revendication politico-sociale radicale"

Dernière mise à jour :


L'Algérie est "sur le fil du rasoir, mûre pour basculer dans la revendication politico-sociale radicale", si le pouvoir persiste dans "la pratique d'une gouvernance dont les limites et l'obsolescence sont devenues patentes et en total déphasage avec les aspirations des citoyens", estime dimanche le journal algérien "Le Quotidien d'Oran".

La situation en Algérie "fait apparaître que les clignotants sociaux et politiques sont au rouge, sans que le pouvoir ne semble s'inquiéter des développements assurément dangereux pour la stabilité nationale qu'elle couve", affirme le journal dans une analyse sur la situation politico-sociale dans le pays.

Sous le titre "la fin du Ramadan n'est pas celle de l'ébullition sociopolitique", le commentateur du "Quotidien d'Oran", note que "la galère des citoyens algériens est appelée à s'aggraver, ce qui fait planer sur le pays le risque d'une rentrée sociale bouillonnante".

La situation est tellement dans le rouge que le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmajid Sidi Saïd a tiré la sonnette d'alarme sur la politique sociale des autorités du pays qui les mène droit au mur, indique la même source.

"Le problème est que le pays, qui est en train de subir l'onde de choc du surenchérissement des prix sur les marchés internationaux, traverse en même temps une aberrante crise de gouvernance qui fait que les autorités sont aux abonnés absents quant à la définition de la stratégie à suivre pour atténuer les effets de cette onde de choc", affirme le journal, soulignant que les effets de cette onde de choc "vont être si forts que les pouvoirs publics ne seront plus en capacité d'acheter la paix sociale par la simple redistribution de la rente pétrolière".

MAP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter