Communiqué :Réaction de Transparency Maroc sur les propos du premier ministre Benkirane

Dernière mise à jour :


L’association marocaine de lutte contre la corruption, Transparency Maroc, a accueilli avec grand étonnement les déclarations du chef du gouvernement au sujet de la lutte contre la corruption formulées à l’occasion de l’émission Bila Houdoud, diffusée sur la chaine Al jazeera le mercredi 25 juillet 2012 et qui entretiennent la confusion dans l’analyse du fléau, justifient sa banalisation et augurent de l’attitude gouvernementale à l’égard des auteurs des crimes y afférents.

Sans qu’il ne soit besoin de rappeler les promesses électorales, le programme gouvernemental, la teneur de la nouvelle constitution et les engagements internationaux de notre pays en la matière, Transparency Maroc souhaite saisir cette occasion pour :
1- confirmer que l’impunité demeure l’un des facteurs essentiels de la propagation de la corruption dans notre pays et rappelle que l’application de la loi ne constitue pas une prérogative du gouvernement mais une obligation constitutionnelle, politique et morale qui constitue la clef de voute de l’articulation de la responsabilité à la reddition des comptes ;
2- exprimer son profond regret au sujet de la confusion, entretenue par lesdites déclarations, entre le régime des salaires de la fonction publique, le développement de la corruption dans les administrations, la dilapidation des biens publics, l’économie de rente et l’aspiration des citoyens à une vie meilleure et qui ont été présentés implicitement comme des manifestations ou des causes de la corruption ;
3- rappeler que le démantèlement du système de corruption et la fin de l’impunité a été et reste en tête des revendications du mouvement social dans notre pays ;
4- réaffirmer de nouveau que la prolifération de la corruption affecte négativement l’économie nationale en réduisant l’investissement productif, en affaiblissant la concurrence loyale, en neutralisant la compétitivité des entreprises, en paupérisant les citoyens, en menaçant la paix
sociale et en sapant l’édification de la démocratie ;
5- demander au gouvernement qu’il clarifie sa position et sa politique en matière de lutte contre la corruption et qu’il accélère la mise en place d’une stratégie claire et concertée de lutte contre ce fléau, et qui devra englober la dissuasion judiciaire non discriminatoire, la réforme de la législation, la dotation des instances de contrôle et d’inspection des prérogatives et des
ressources nécessaires ainsi que la mise en œuvre de tous les engagements internationaux et constitutionnels dans ce domaine.

aufait


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter