Transparency Maroc sur le droit d'accès à l'information :Omissions et imprécisions dans la Constitution

Dernière mise à jour :


./DR
./DR
Agrandir

A l’occasion de la publication de son dernier bulletin d’information consacré au droit d’accès à l’information, l'association marocaine de lutte contre la corruption Transparency Maroc a organisé, jeudi, une conférence de presse pour débattre avec les médias de ses projets, de ses prises de position face à l’actualité, ainsi que de ses réalisations.

L'insertion du droit d’accès à l’information dans la nouvelle Constitution “peut être comptée à l’actif obtenu par Transparency Maroc, aux côtés d’autres acteurs civils et politiques l'ayant revendiqué, défendu  et promu devant les rédacteurs de la nouvelle Constitution”, a souligné l'association.

Toutefois, le Secrétaire général de Transparency Maroc Abdessamad Saddouk révèle dans son analyse de l’article 26 de la Constitution, des imprécisions ou omissions dues, selon lui, à “la pression exercée sur ses rédacteurs”, et au caractère urgent que revêtait la mise au point du texte définitif.

A titre d’exemple, M. Saddouk indique que la Constitution a exclu de son champ d’application les personnes morales et les résidents étrangers dans notre pays, alors que le droit de vote à l’échelon local est reconnu à ces mêmes résidents.

Rachid Loudghiri


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter