Economie mondiale :La morosité s'accentue

Dernière mise à jour :


Logo de la zone euro devant le siège de la Banque centrale européenne à Francfort
Logo de la zone euro devant le siège de la Banque centrale européenne à Francfort
Agrandir

La reprise de l’économie mondiale semble marquer un certain ralentissement. Le FMI révise à la baisse ses prévisions de croissance mondiale, à 3,5% en 2012 et à 3,9% en 2013. Les perspectives de croissance en 2012 sont abaissées pour la Chine, les Etats-Unis et la France, mais surtout pour le Royaume-Uni, l’Inde et le Brésil, alors qu’elles sont relevées nettement pour le Japon, l’Allemagne et la région MENA. Dans la zone euro, les indices conjoncturels PMI signalent un recul de l’activité du secteur privé qui semble se confirmer  en  juillet.

Le schisme séparant les pays du Sud (notamment l’Espagne, le Portugal et l’Italie) avec le reste de l’Europe semble s’aggraver au regard des marchés d’endettement des pays européens. Le recul de l’activité économique se poursuit un peu partout en Europe avec, toutefois, des variations substantielles. Il s’agirait, ainsi, de la plus forte contraction de l’activité depuis trois ans.

Les signaux positifs lancés par le dernier sommet européen pour relancer la croissance et recapitaliser les banques en difficulté, ainsi que par la baisse des taux de la BCE, devraient contribuer à atténuer les  tensions des marchés et ouvrir de nouvelles perspectives pour l’Union européenne.

Aux États-Unis, la croissance de l’activité devrait se poursuivre à un rythme modéré. La confiance des consommateurs s’affaiblit, affectée par le ralentissement des créations d’emploi, malgré la baisse de l’inflation et la stabilisation du marché immobilier.

Au  japon, la reprise est freinée par l’appréciation du yen et la faiblesse de la demande émanant de l’Europe et de la Chine, en dépit du soutien des dépenses publiques de reconstruction et de la demande des ménages.

Les grandes économies émergentes poursuivent leur ralentissement. Ainsi, la croissance chinoise a fléchi à 7,6% au deuxième trimestre, son plus bas depuis trois ans. Toutefois, la modération de l’inflation permet aux pays émergents, notamment la Chine et le Brésil, d’assouplir leurs politiques économiques (monétaires et budgétaires), contribuant ainsi à relancer leur croissance.

Ahmed Zeriouh


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter