La slameuse marocaine Tata Milouda faite Chevalier des Arts et des Lettres de la République française

Dernière mise à jour :


La slameuse marocaine Tata Milouda, âgée de 62 ans, a été décorée des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres de la République française, mercredi soir à Epinay-sur-Seine, au nord de Paris.

Milouda Chaqiq, de son vrai nom, a reçu la prestigieuse médaille des mains de l'artiste Grand Corps Malade, lors d'une cérémonie émouvante, en présence de plusieurs personnalités marocaines et françaises, dont le Maire de la ville, la sous-préfète de Saint-Denis et l'attaché culturel de l'ambassade du Maroc en France, Tariq Ramdani.

Cette décoration, qui récompense le talent et le parcours de Tata Milouda, "symbole d'intégration", a été décidée le 13 avril dernier par l'ancien ministre français de la Culture, Frédéric Mitterrand, après avoir vu son spectacle à Paris en février.

Installée en France depuis 1985, après avoir fui un mari violent et laissé ses six enfants derrière elle, Milouda Chaqiq est devenue aujourd'hui la "rockstar du slam" en France.

Elle a de nombreux spectacles à son actif, a déjà participé au Jamel Comedy Club de Jamal Debbouze et joue même dans un spot télévisé pour l'alphabétisation au Maroc.

En lui remettant la médaille, son ami Grands Corps Malade a salué son "destin de roman", une "histoire dure, mais belle", en passant en revue le long et difficile parcours qui l'a conduit à ce "grand honneur".

"En 1950, tu es née dans un petit village du Maroc. En 1985, tu es arrivée en France, fuyant un mari violent. Tu as dû laisser tes six enfants derrière toi pour trouver ta liberté", a-t-il rappelé.

"La première fois qu'elle est montée sur scène pour slamer (...) Elle qui est arrivée sans papiers, sans savoir ni lire ni écrire le français, m'a tout de suite impressionné par son énergie, sa générosité, son sens de la formule", a ajouté Grands Corps Malade.

"C'est une bête de scène, que je présente souvent comme la rock star du slam. Et je suis très fier qu'elle ait gardé le nom que je lui ai donné un jour, Tata Milouda", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Maire et Conseiller général d'Epinay-sur-Seine, Hervé Chevreau, a salué en Tata Milouda "une figure" de sa ville et "un modèle d'intégration qui a réussi à construire un pont entre le Maroc et la France", rappelant qu'elle a appris le français grâce aux ateliers socio-linguistiques d'Epinayn sa commune de résidence.

"Votre parcours est admirable, exceptionnel. C'est la langue française qui vous a émancipée. Et c'est la République française qui reconnaît vos mérites et honore une femme libre", a-t-il souligné.

Prenant la parole, Tata Milouda a remercié tous ceux qui lui ont permis de devenir "artiste de la vie", dont Frédéric Mitterrand et Jamel Debbouze.

"Depuis quinze jours, j'ai le trac, mais ce soir je ne peux qu'exprimer ma joie et ma fierté. De ma souffrance, j'ai fait un bonheur. Et j'aimerais dire à toutes les femmes dans mon cas de réaliser leur rêve. Il ne faut jamais dire jamais", a-t-elle conclu.

MAP


L'équipe de aufait accueille vos commentaires avec enthousiasme, et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Par contre, afin d'éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre équipe rédactionnelle seront publiés. Vous êtes priés de respecter la netiquette.

Vous avez droit à votre opinion, respectez donc celle des autres ! Merci.

comments powered by Disqus


newsletter