Aufait Maroc

JO/Eau libre 10 km : Le Tunisien Oussama Mellouli s’offre un doublé en or d’un autre genre

JO/Eau libre 10 km: Le Tunisien Oussama Mellouli s’offre un doublé en or d’un autre genre
Dernière mise à jour le 10/08/2012 à 16:39

Le Tunisien Oussama Mellouli a ouvert une nouvelle voie en décrochant vendredi le titre olympique sur 10 km, une course marathon disputée en milieu naturel, quatre ans après avoir glané l’or en bassin sur 1500 m.

A 28 ans, Mellouli a tout ce qu’un sportif peut rêver avoir. Des titres, des records, les honneurs.

« Il n’y a pas mieux que de finir une carrière avec une deuxième médaille d’or olympique. Ca n’a jamais été fait par un Tunisien, tous sports confondus. Je vais me reposer et essayer de me soigner avec toutes ces blessures que j’ai eues depuis 4 ans », a-t-il dit heureux, sans annoncer vraiment sa retraite. « On verra, je n’ai pas encore pris de décision ».

Quelle que soit la décision qu’il prendra, vraisemblablement après avoir passé du temps à Los Angeles, où il s’entraîne depuis sept ans, le nageur de fond pourra se targuer d’avoir été le premier nageur à être champion olympique en bassin (1500 m, 2008) et en eau libre.

Il est aussi le premier à décrocher une médaille en bassin (bronze sur 1500 m libre) et en eau libre (or sur 10 km) lors de mêmes Jeux.

Même si l’exploit est tout relatif alors que l’eau libre est disputée seulement pour la 2e fois aux JO, le fait est à signaler surtout parce que les contextes de la performance sont opposés.

« C’est le top du top. Je suis le premier à faire ce doublé là. Ca ouvre les ambitions pour d’autres nageurs. Ca représente quelque chose de formidable pour le sport tunisien et arabe en général. Pour la natation tunisienne, c’est quelque chose qui relève du miracle », s’est-il enthousiasmé.

Dans sa carrière, Mellouli a collecté trois médailles olympiques (dont deux en or) et huit médailles mondiales dont deux lui seront retirées en 2007 après un contrôle positif aux amphétamines (or sur 800 m et argent sur 400 m).

Depuis 2011, il sent qu’il a de moins en moins de vitesse et pense sérieusement à s’orienter vers le 10 km, qui, devenu olympique, est nettement plus appétissant.

« J’ai commencé à penser à l’eau libre en 2008 mais je n’ai jamais pu faire les Mondiaux parce qu’ils ont lieu tout le temps la semaine qui précède les épreuves de course », a expliqué le champion du monde 2009 (1500 m).

Mellouli a assuré que le marathon de Londres était seulement la 3e course en eau libre de sa carrière. Il est parti au Mexique en avril pour faire son premier 10 km (11e). Deux mois plus, il s’est qualifié pour les JO au Portugal en remportant tout simplement la course.

Cette saison, il a apporté des modifications dans sa préparation. Il s’est entraîné les derniers mois avec Paulus Wildeboer, entraîneur national danois, qui l’a davantage fait travailler sur le fond. Il s’est également adjoint les service de l’Américaine Catherine Vogt, spécialiste de l’endurance.

« Le 10 km est une aventure féroce ! », conclut-il. L’Allemand Thomas Lurz, qui a pris l’argent, et le Canadien Richard Weinberger, en bronze, ne diront pas le contraire, pas plus que le Français Julien Sauvage qui a terminé 11e.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda