Aufait Maroc

Egypte : libération par les Bédouins des deux touristes américains enlevés

Egypte: libération par les Bédouins des deux touristes américains enlevés
Dernière mise à jour le 16/07/2012 à 19:52

Des Bédouins égyptiens ont libéré lundi les deux touristes américains qu’ils avaient enlevés vendredi dans la péninsule du Sinaï, a indiqué à l’AFP un haut responsable des services de sécurité.

« Les deux (touristes) ont été libérés après des négociations fructueuses avec les Bédouins et ils se trouvent maintenant dans le quartier général de la Sécurité du nord du Sinaï », a-t-il déclaré.

Leur guide égyptien, Haitham Ragab, a aussi été libéré, a-t-il ajouté.

Ce responsable n’a pas précisé quel accord avait été trouvé avec les Bédouins, qui réclamaient la libération d’un des leurs, actuellement emprisonné pour trafic de drogue, en échange de celle des touristes.

Le général Ahmed Bakr, chef de la sécurité pour le Sinaï-Nord a confirmé la libération des deux Américains dans un communiqué diffusé par l’agence officielle Mena.

« Ils sont en bonne santé » et l’ambassade américaine a été informée de leur libération, a dit le général Bakr, ajoutant que les « préparatifs sont en cours pour leur transfert au Caire ».

L’ambassade américaine a confirmé leur libération, sans révéler leur identité, tandis qu’une source de sécurité égyptienne les a identifiés comme Michel Louis et Lisa Alphonse.

Les deux Américains avaient été enlevés avec leur guide égyptien alors qu’ils circulaient à bord de leur véhicule, près d’un mois après le rapt d’un touriste de Singapour par une tribu bédouine.

Les enlèvements se sont multipliés ces derniers mois dans le Sinaï.

En mai, deux touristes américains avaient été relâchés moins de 24 heures après leur enlèvement près de la station balnéaire de Dahab, sur la mer Rouge.

La totalité des otages ont jusqu’ici été relâchés sains et saufs.

Le Sinaï, où sont concentrées les stations balnéaires les plus lucratives d’Egypte, est peuplé en grande partie de Bédouins longtemps marginalisés sous le régime d’Hosni Moubarak. L’insécurité s’y est fortement accrue depuis la chute de ce dernier en février 2011.

La situation dans le Sinaï est rendue encore plus délicate par la faible présence de l’armée, en raison de la démilitarisation de ce secteur conformément aux accords de paix israélo-égyptiens de 1979.

Le gazoduc qui traverse le nord du Sinaï pour alimenter Israël et la Jordanie a ainsi été la cible de quatorze attentats en un an.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda