Aufait Maroc

L’AMDH demande l’abrogation d’une loi contre la liberté sexuelle

L’AMDH demande l’abrogation d’une loi contre la liberté sexuelle
Dernière mise à jour le 19/06/2012 à 11:19

L’Association marocaine des droits humains (AMDH) a appelé mardi les autorités à annuler une loi condamnant à des peines de prison ferme toute relation sexuelle en dehors du mariage.

L’article 490 du code pénal prévoit une peine d’un mois à un an de prison pour toute relation sexuelle en dehors du mariage entre deux personnes adultes.

“Cet article traduit l’hypocrisie de notre système juridique vis-à-vis de la liberté sexuelle, qui est l’une des libertés individuelles que nous défendons.”

Khadija Ryadi, présidente de l’AMDH à l’Afp.

“L’État pratique une schizophrénie”

C’est lors d’une table ronde tenue sous le thème “Les libertés et le rôle du mouvement des droits humains au Maroc”, samedi à Rabat, par l’ONG que l’appel à l’abrogation de l’article 490 du code pénal a été lancé par l’AMDH.

“Nous savons tous que les relations sexuelles en dehors du mariage sont courantes au Maroc. Le fait que tout cela soit caché favorise les abus et les atteintes aux libertés individuelles.”

Khadija Ryadi.

Lors de cette table ronde, les intervenants, parmi lesquels figuraient des sociologues et des militants, ont indiqué que “l’État pratique une schizophrénie qui est inadmissible aujourd’hui”.

80.000

C’est le nombre d’enfants qui naissent hors mariage chaque année, selon l’association INSAF.

Cet appel a été vivement critiqué par des islamistes, y compris au sein du Parti justice et développement (PJD).

“Tout acte sexuel en dehors du mariage est considéré comme un acte de débauche, un crime. (…) Ces philosophies permissives qui sont nées en Europe ont-elle amélioré les relations sociales et familiales dans ce continent? Je ne le pense pas.”

El Moukri Abouzeid, membre dirigeant du PJD et ancien député.

“La liberté sexuelle favorisera le phénomène des enfants nés hors mariage et cela a des conséquences graves pour la société”, a dit pour sa part Abdelwahab Rafiki, membre de la Salafiya Jihadia.

A lire aussi...