Aufait Maroc

Zebda devant Hollande au printemps de Bourges : « Il va gagner! »

Zebda devant Hollande au printemps de Bourges: « Il va gagner! »
Dernière mise à jour le 27/04/2012 à 15:35

« Il va gagner! », a lancé Zebda devant François Hollande, venu assister vendredi aux répétitions du groupe toulousain au Printemps de Bourges, a constaté une journaliste de l’AFP.

« +Second Tour+ est le titre de leur album, c’est aussi le titre du mien », a plaisanté le candidat socialiste à l’élection présidentielle, après avoir reçu du groupe un tee-shirt à son effigie et les avoir écoutés interpréter « Un je ne sais quoi ».

Dans le clip de cette chanson extraite de son dernier album, le groupe, marqué à gauche, dénonce la politique migratoire de Nicolas Sarkozy, président sortant et adversaire UMP de François Hollande au second tour de la présidentielle.

« Nous avons parlé de la mobilisation dans les quartiers populaires, il nous a dit que partout où il allait, il sentait que cette mobilisation était réelle », a confié à l’AFP un des chanteurs de Zebda, Hakim Amokrane, peu après la rencontre.

En tenant à rencontrer Zebda, François Hollande « a lancé un message implicite vers une France fraternelle à l’opposé de la mécanique Sarkozy », a estimé son complice Magyd Cherfi.

« Ces cinq années ont montré cette confusion, ce qu’ils appellent à droite la +décomplexion+, comme si l’honnêteté consistait à être véreux, puant. Nous on préfère plus de pudeur », a-t-il ajouté.

Arrivé en fin de matinée sur le site du festival, qu’il fréquente « depuis 15 ans », François Hollande s’est offert un petit bain de foule avant de rencontrer les professsionnels du spectacle vivant.

« La culture est ce qui permet de donner un sens à un projet. Le miracle français, c’est d’être capable d’ajouter des cultures et d’en faire une que nous pouvons porter ensemble », a-t-il déclaré.

Interrogé sur le profil de son ministre de la Culture en cas de victoire, il a estimé qu’il choisirait plutôt une personnalité polique qu’un artiste. « Car la meilleure façon de défendre un budget, c’est de bien connaître les rouages de l’Etat », a-t-il dit.

Evoquant les artistes qu’il aime écouter, il a cité Alain Souchon, Alex Beaupain, Bénabar, Hubert-Félix Thiéfaine et La Grande Sophie, à qui il a rendu hommage car elle l’avait autorisé à utiliser la chanson « Du courage » lors d’une précédente campagne.

« Mais la dernière fois que j’ai dit du bien d’une chanteuse (Zaz), ça lui a fait du tort, donc je ne dis plus rien sur une artiste pour ne pas la compromettre », a-t-il ajouté.

A lire aussi...